Anthologie De La Poesie Francaise (French Edition) by G. Pompidou, Visit Amazon's Georges Pompidou Page, search

By G. Pompidou, Visit Amazon's Georges Pompidou Page, search results, Learn about Author Central, Georges Pompidou,

17.5 x 10.9 x 2.3 CM

Show description

Read or Download Anthologie De La Poesie Francaise (French Edition) PDF

Best anthologies books

I, the song: classical poetry of native North America

I, THE music is an advent to the wealthy and complicated classical North American Poetry that grew out of and displays Indian lifestyles ahead of the ecu invasion. No generalization can carry precise for the entire classical poems of North American Indians. They spring from thirty thousand years of expertise, languages and dialects, and ten linguistic teams and common cultures.

The Hopwood Awards: 75 Years of Prized Writing

To rejoice the seventy fifth anniversary of the Hopwood Awards, the editors of The Hopwood Awards: seventy five Years of Prized Writing acquire a number of the Awards' top writing via the winners who went directly to in attaining repute as writers. due to the fact they first all started in 1931, funded through a bequest from the need of playwright Avery Hopwood, college of Michigan category of 1905, the Hopwood Awards have grown in profile and stature through the years to develop into, at the present time, the most sought-after and celebrated writing prizes for college kids.

Extra resources for Anthologie De La Poesie Francaise (French Edition)

Example text

Tu jouis (mon Ronsard), même durant ta vie, De l'immortel honneur que tu as mérité: Et devant que mourir (rare félicité) Ton heureuse vertu triomphe de l'envie. Courage donc, Ronsard, la victoire est à toi, Puisque de ton côté est la faveur du Roi: Jà du laurier vainqueur tes tempes se couronnent, Et jà la tourbe épaisse à l'entour de ton flanc Ressemble ces esprits, qui là-bas environnent Le grand prêtre de Thrace au long sourpely blanc. *** Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, Ou comme cestuy-là qui conquit la toison, Et puis est retourné, plein d'usage et raison, Vivre entre ses parents le reste de son âge!

Lors sans pouvoir en rien participer D'aucune joie, et humaine liesse, Je n'aurai eu de ta verte jeunesse, Que la pitié n'a su à soi ployer, Ni du travail, qu'on m'a vu employer A soutenir mes peines éphémères, Comme Apollon, pour mérité loyer, Sinon rameaux, et feuilles très amères... De toi la douce et fraîche souvenance Du premier jour qu'elle m'entra au cœur, Avec ta haute et humble contenance, Et ton regard d'Amour même vainqueur, Y dépeignit par sa vive liqueur Ton effigie au vif tant ressemblante, Que depuis, l'Ame étonnée et tremblante De jour l'admire, et la prie sans cesse: Et sur la nuit tacite et sommeillante, Quand tout repose, encor moins elle cesse.

Cérès, lorsque vagabonde Allait quérant par le monde Sa fille, dont possesseur Fut l'infernal ravisseur, De ses pas sacrés toucha Cette terre, et se coucha Lasse sur ton vert rivage, Qui lui donna doux breuvage. Et celui-là, qui pour mère Eut la cuisse de son père, Le Dieu des Indes vainqueur Arrosa de sa liqueur Les monts, les vaux et campaignes De ce terroir que tu baignes. Regarde, mon Fleuve, aussi Dedans ces forêts ici, Qui leurs chevelures vives Haussent autour de tes rives, Les faunes aux pieds soudains, Qui après biches et daims, Et cerfs aux têtes ramées Ont leurs forces animées.

Download PDF sample

Rated 4.39 of 5 – based on 10 votes