jusqu'au 19 septembre
Aragon et l'art moderne
Musée de la Poste

Darwin Machines

21 avril 2010

Mais que faisait donc Crousti mardi soir dernier ? Si vous n’avez pas la chance (et je pèse mes mots) de connaître les moindres détails de mon quotidien via Foursquare, vous serez sans doute heureux d’apprendre qu’hier je suis allée me divertir les tympans.

Comment ? En assistant au concert de Wave Machines au Nouveau Casino.
Annonçons la couleur, je fus loin d’être déçue.

Tout a commencé par une agréable surprise chorégraphiée j’ai nommée : la première partie.
Non « la première partie » n’est pas le nom du groupe, bref vous m’aurez compris. Darwin Deez, ce sont 4 New-Yorkais, (ce qui leur confère de suite plus de crédibilité), au style déjanté, dont les choré sont à tomber (double crédibilité). Pour écouter ça se passe ici et je ne saurais que trop vous le conseiller.

Entrons dès à présent dans le vif du sujet avec le compte rendu non exhaustif de mes impressions sur les « machines ondulatoires » (en français dans le texte).
Leurs chansons tournaient depuis quelques lustres déjà dans mon Iphone mais je n’avais jamais vu ni le look ni la tête de ce groupe anglais. Antant le dire, Wave Machines est le genre de groupe apportant la preuve que l’on peut encore percer dans la musique sans être un sex symbol méché. Dommage pour mes yeux, tant mieux pour mes oreilles !

Au programme pantalons feu de plancher et rythmes bontempifiés, j’adhère. J’adhère même doublement parce que Wave Machines est le genre de groupe dans lequel tout le monde à le droit de chanter, même le batteur, auteur interprète du titre « dead houses ». Mention spéciale également à l’homme orchestre, teddy bear (à droite sur la photo), personnage haut en couleur, dont la posture ne pourra que vous ravir.

Au final, un chouette moment musical dont mon tiercé serait :

1. l’incontournable « I go, I go, I go »
2. le mélantypique « Punk Spirit »
3. et « Keep the lights on », mon préféré.

Avec la grande, ça nous a donné envie de former un groupe, elle au triangle, moi au tambourin.
J’en profite donc pour passer une annonce officielle : nous sommes toujours à la recherche d’un flûtiste, avis aux amateurs !


Commentaires

  • Troy Bones, le 2 avril 2011

    I want to express thanks to this writer just for bailing me out of such a setting. After checking throughout the world-wide-web and getting tricks which were not powerful, I was thinking my life was gone. Being alive devoid of the strategies to the issues you have fixed as a result of your main review is a crucial case, as well as the ones that would have adversely affected my career if I had not encountered your website. Your main knowledge and kindness in controlling every item was valuable. I am not sure what I would have done if I had not come across such a point like this. I’m able to at this moment relish my future. Thanks a lot so much for your specialized and results-oriented guide. I won’t be reluctant to propose the sites to any person who needs recommendations about this problem.

Quelque chose à ajouter?

  •  Ciné Crousti
  •  crousti blablate
  •  Crousti se culture
  •  Crousti zik
  •  Fashion Crousti
  •  les croustifiches de lecture